Menu

CHILD❊LIGHT

Voyage en terre d'enfance humaine

L’amour et l’enfant

Ce livre résulte de l’observation de milliers de patients revivant en thérapie des épisodes marquants de leur enfance; processus qu’Arthur Janov a nommé Primal. Il nous donne un accès clair, très compréhensible, à la façon dont un enfant ressent les choses, si particulière en sa totalité. Et nous offre une connaissance essentielle, qui permet de connaître, ressentir et comprendre pourquoi et comment un enfant souffre. Parfois  totalement à notre insu, ou même lorsque nous sommes persuadés d’être de bons parents. Un livre d’une sagesse intemporelle et universelle, révélatrice autant que bouleversante.

Extraits

Dans les familles irréelles ((Janov désigne par ce terme les familles où les comportements parentaux sont chroniquement en décalage avec les besoins de l’enfant, et la réalité de ce qu’il vit, ressent, et cherche à exprimer.)), c’est une tragédie que d’être un enfant. Ce dernier est sûr de souffrir car il est impuissant face aux caprices, aux besoins et aux colères de ses parents. De nos jours, presque chaque enfant est une tragédie ambulante. Certains savent mieux le cacher. D’autres « s’adaptent », ils peuvent présenter une façade acceptable aux yeux de la société et s’en sortir ainsi. D’autres sont simplement déprimés et maussades. Les plus malades sont ceux qui « s’en sortent » dans une société irréelle. Ils ont été si subtilement détruits qu’ils ne sont pas conscients de leur souffrance. Ils se laissent dévorer par la maladie sans se rendre compte le moins du monde qu’ils ont été anéantis. Les enfants qui ne s’adaptent pas, ont la meilleure chance de guérir si nous savons comment les prendre. (page 177)

Il est maintenant clair, j’espère, que les actions et les interactions entre parents et enfants sont importantes uniquement dans la mesure où elles reflètent les sentiments. L’existence de centaines d’ouvrages sur l’éducation laisse entendre que les enfants sont une race à part qui nécessite un traitement spécial. Or, ce sont des êtres qui ont exactement les mêmes besoins que les parents. La question n’est pas : « comment traiter mon enfant ? », mais « comment traite-t-on ceux qu’on aime ? ». Le parent n’est pas quelqu’un qui impose des lois, mais un ami affectueux.

Le sentiment est le fondement de toute relation. Les enfants sont simplement des personnes. Pour avoir un rapport avec eux, il n’est pas nécessaire de se conformer à des règles particulières. Il n’est pas besoin de les discipliner, de leur faire la morale ou de les punir. Il suffit de leur parler, de les écouter, de les tenir dans les bras, d’être bon et libre, spontané et indulgent, et surtout de les laisser vivre. (page 228)