Menu

CHILD❊LIGHT

Voyage en terre d'enfance humaine

12 réponses sur l’allaitement et la vaccination

Pour son grand intérêt, je reproduis ici la quasi totalité d’une récente newsletter du Professeur Joyeux.

Les prises de conscience sont très intéressantes et démontrent combien les sujets Alimentation et Santé, Immunité et Santé sont au cœur des préoccupations des familles, des mères en particulier.

Le grand public a une connaissance scientifique qui augmente et rejoint celle des médecins sur des sujets particuliers qui le concernent. Les questions qu’il pose par mail ou dans mes nombreuses conférences sont très pertinentes et méritent des réponses scientifiquement justes dans un langage accessible.

A propos de l’Allaitement, plusieurs points doivent être précisés.

  1. La santé du bébé allaité au sein nécessite la bonne santé de la mère et son choix libre. Il n’est donc pas question de culpabiliser de quelque façon que ce soit une mère qui fait le choix de ne pas allaiter. Comme le dit très bien l’une d’entre elle « Il vaut mieux un bib donné avec amour que de donner le sein à contrecœur !»
  2. Culpabiliser une mère qui allaite en lui disant qu’elle est possessive est le comble de la bêtise. Tout autant que de dévaloriser une mère qui a fait le choix de ne pas allaiter. C’est ce que certains cherchent à me reprocher. Aidons-les à réfléchir s’ils ne sont pas trop bornés !
    Il faudrait penser au poids que nous faisons trop porter aux mères qui, quoi qu’elles fassent, ressentent trop souvent qu’elles devraient « mieux faire ». Les femmes n’ont jamais été autant sollicitées pour être, en même temps, super professionnelles, super belles et toujours jeunes, super mères et super épouses. Laissons-les faire comme elles le sentent, de la manière la plus paisible, s’étant informées et choisissant librement.
  3. Le lait maternel donné comme le recommande l’OMS, 6 mois intégralement (pas d’autre nourriture) et au moins une année, matin et soir avant et au retour du travail, est la meilleure protection immunitaire du bébé. La vaccination contre les 3 maladies obligatoires, Diphtérie-Tétanos-Polio, peut alors attendre les 2 ans de l’enfant en bonne santé. Les crèches doivent en tenir compte, car un enfant allaité non vacciné ne peut rien transmettre aux autres enfants puisqu’ils sont protégés par la vaccination. Les pédiatres doivent en tenir compte et faire les certificats en conséquence.
  4. Un enfant allaité par sa mère aura naturellement les maladies infantiles classiques et les supportera bien et mieux que les enfants nourris aux laits artificiels qu’il faut vacciner plus tôt. Les maladies infantiles aident à construire et renforcer l’immunité du bébé.
  5. Il n’y a pas de vaccins contre certaines maladies infantiles : la scarlatine, l’impétigo, la bronchiolite, ou contre certaines maladies transmises par les adultes telle le Sida.. Pour les gastro-entérites les vaccins sont plus dangereux que la maladie ! L’allaitement maternel idéal n’autorise pas l’enfant à consommer plus tard Coca, Soda, Bonbons et Nutella… responsables de surpoids et d’obésité si fréquente chez les enfants. Les parents doivent rester vigilants. Ce sont eux qui décident, bien conseillés par leur généraliste, leur pédiatre ou leur naturopathe, de ce qui est bon pour leur enfant.
  6. Les problèmes ORL et respiratoires (otites, rhinites, bronchiolites..) si fréquents chez le petit enfant ne sont pas suffisamment reliés aux Allergies aux Protéines du Lait de Vache (APLV) présentes dans les laits infantiles. C’est souvent en passant à ces laits lors du sevrage du lait maternel, qu’apparaissent les complications.
  7. Tous les enfants ne sont pas également sensibles aux aliments allergisants. Quand l’enfant allaité par sa mère a des troubles digestifs de type ”coliques”, ou des problèmes de peau ou ORL, la mère doit se poser des questions quant à sa propre alimentation, très probablement mal adaptée à la santé du nourrisson. Le bon état immunitaire de la mère ou l’inverse se transmet ainsi à son enfant. Exemple : érythèmes fessiers, régurgitations, rhinites… déclenchés après consommation par la mère de trop de produits animaux et de pas assez de produits végétaux longuement mastiqués. Mais aussi de trop de conservateurs et produits industriels, de trop peu de fruits et légumes crus, riches en vitamines, et de trop de pesticides (alimentation non biologique).
  8. L’hygiène de vie de la mère est évidemment très importante : alimentation saine et diversifiée contenant 80% de produits végétaux, 20% de produits d’origine animale. Tabac, alcool fort, médicaments de confort sont inutiles, comme l’utilisation de produits toxiques volatiles qui altèrent la qualité du lait maternel.
  9. En France les mamans ne sont pas du tout soutenues pour allaiter, c’est flagrant. Il faut qu’elles soient super courageuses et qu’elles soient vraiment convaincues.⬠Une de nos filles s’est même entendu dire par un pédiatre qu’en allaitant elle allait s’abîmer les seins ! Les associations de soutien à l’allaitement maternel, telle que la Leche league sont d’une grande utilité pour les mères qui font le choix d’allaiter leur enfant. Il faut fortement les en remercier et les faire connaître, d’autant plus qu’elles font ce travail séculaire de civilisation bénévolement.
  10. Un enfant non allaité par sa mère peut être en excellente santé – même si on en voit de moins en moins – mais aura plus besoin que les autres d’être vacciné avant ses 2 ans. Le nombre des formules de laits artificiels en pharmacie montre bien que les laits animaux peuvent poser des problèmes de santé.
  11. Voici le plus juste témoignage sur Face book : « J’ai allaité mes deux premiers enfants très peu de temps et j’allaite toujours la dernière qui va avoir deux ans bientôt. Mes enfants ne sont quasi jamais malades et la petite ne l’a encore jamais été. Mais je pense que l’allaitement n’en est pas la seule raison. C’est aussi un mode de vie. Vaccination minimale, alimentation saine, immunité due à la confrontation régulière aux bactéries (j’ai toujours ramassé les tétines ou jouets sans forcément les laver, toujours laissé manger des choses tombées par terre sauf cas extrême etc…) et soigné les enfants (depuis le deuxième en tout cas) avec des plantes… Je suis convaincue que l’alliance de tout ça est un facteur de bonne santé. Mais chacun sa méthode. »
  12. En réponse à une question particulière plusieurs fois répétée, je dois préciser que seules les lèvres du nouveau-né possèdent les papilles spécifiques qui le rendent capable de goûter les mamelons de sa mère (ou d’une autre mère) et ainsi d’aspirer le lait qui lui est destiné. Aucun adulte n’y parviendra, car ses papilles ont quitté ses lèvres pour se concentrer sur sa langue. Cette précision rend caduque et non scientifique la fatwa (avis religieux) de la tétée proposée par deux théologiens [2] de l’Université d’Al-Azhar du Caire le 27 mai 2007. Elle a d’ailleurs été fortement et justement contestée par nos confrères musulmans.

A propos des défenses immunitaires du bébé : les 1000 jours

L’humain que nous sommes a besoin pour construire son système immunitaire de 1000 jours après le jour de sa conception, soit le temps de la grossesse (à peu près 270 jours pour construire le corps dont l’essentiel est en place dès le premier trimestre), auquel vous ajoutez 2 années de 365 jours. Ce système de défense va protéger au maximum l’enfant né par la voie naturelle.

Son corps passe au travers de la filière génitale, le vagin de sa maman qui possède une flore bactérienne tout à fait normale laquelle protège la peau du bébé. Cette flore dite de Döderlein, sera absorbée aussi par son tube digestif qui fabriquera 80% de ses défenses immunitaires. Si le bébé nait par césarienne, il est utile de badigeonner doucement sa peau et ses lèvres des sécrétions vaginales de sa maman. Tout cela est expliqué de manière détaillée dans mon livre « Vaccins – comment s’y retrouver ? »

A total, la bonne immunité du bébé peut se résumer ainsi : maman en bonne santé (hygiène et alimentation) + accouchement par voie naturelle + allaitement maternel selon les consignes de l’OMS + vaccination contre Diphtérie- Tétanos-Polio pas avant se 2ème année.

A propos de l’efficacité vaccinale et des rappels : la fabrication des anticorps

En théorie, les réponses vaccinales sont liées aux ressources en cellules du système immunitaire : en particulier les lymphocytes B, issus de la moelle osseuse, (B pour Bone Marrow) et les lymphocytes T issus du Thymus.

Juger de l’efficacité d’une vaccination est possible par le contrôle sérologique d’anticorps. C’est le dosage dans le sang des anticorps fabriqués par le système immunitaire. Ils sont destinés à protéger contre l’antigène que représente la bactérie ou le virus.

Ce dosage coûte environ 200 € plus ou moins remboursés par l’assurance maladie s’il y a ordonnance médicale. Celle-ci doit préciser ”contrôle sérologique post-vaccination du vaccin contre telle ou telle maladie…”

Ainsi le rappel vaccinal ne sera fait que si le taux des anticorps est très faible. En effet, la présence des anticorps démontre que le système de défense fonctionne, et que si l’antigène se représente dans le corps les cellules immunitaires fabriqueront comme il se doit le taux d’anticorps protecteurs.

La Science vaccinale n’est pas exacte et fiable à 100%

Les taux d’anticorps protecteurs sont atteints trois ou quatre semaines après la vaccination. Mais la séro-conversion peut être plus rapide et intervenir en deux ou trois jours selon les vaccinations ou les maladies virales, bactériennes… Le taux de réponse, c’est à dire le taux d’anticorps protecteurs est atteint dans 70 à 100 % des cas en fonction du type de vaccin et des souches bactériennes ou virales utilisées.

Les vaccins dits ”inactivés” n’induisent pas d’immunité dans les tissus muqueux.

Les vaccins dits ”vivants”, utilisent des souches vivantes. Ils induisent principalement la sécrétion d’Immunoglobulines A (IgA) locales protectrices surtout au niveau des voies respiratoires supérieures.

Ces vaccins ont parfois été utilisés en association avec le vaccin inactivé chez l’adulte. Dans la plupart des travaux ayant comparé l’efficacité des deux types de vaccins, on note des taux de réponse plus faibles avec le vaccin vivant, dus au mode de réponse local de ce dernier.

En France, les dosages d’anticorps sont possibles seulement pour les hépatites A et B, la Rage, la Varicelle, la vaccination contre Rougeole-Oreillons-Rubéole.

Aux USA, le choix est plus vaste, on peut ajouter la polio, la fièvre jaune.

Où en est-on avec le DTP sans Aluminium ?

Le seul adjuvant autorisé en clinique est l’Alum (hydroxyde ou sels d’alumine). Chez la souris, l’alum est capable d’augmenter la réponse immunitaire mais chez l’homme son efficacité dans la vaccination grippale n’a jamais été démontré clairement. C’est pour cela qu’il n’est pas utilisé dans la vaccination antigrippale.

La pétition qui réclame depuis plus d’un an le seul vaccin obligatoire, le DTP sans Aluminium que les laboratoires savent parfaitement fabriquer, a dépassé plus d’ 1 million 35 000 signataires. Les laboratoires attendent-ils et manipulent-ils les familles pour que les stocks dans les pharmacies de vaccins hexavalents soient épuisés ? Ne vous laissez ni impressionner, ni faire !

Devant le Conseil d’Etat une action de groupe de 2500 personnes a été initiée

Maître Jacqueline Bergel-Hatchuel, avocat à la Cour a demandé par l’intermédiaire du Conseil d’Etat à la ministre de la Santé de préciser où trouver le seul vaccin obligatoire trivalent contre Diphtérie-Tétanos-Polio sans Al., car les pharmacies n’ont que les Hexavalents à proposer.

La ministre a reconnu par un communiqué de presse que la prétendue rupture de stock des laboratoires est : « INECCEPTABLE ET INTOLÉRABLE « , mais incompétente comme celle qui l’a précédée et très mal conseillée, elle a annoncé sur Sud Radio (le 26 avril 2016) que le DTP est disponible (minute 13), « on peut trouver le DTP sans Al en 48 h dans les pharmacies… »

C’est inexact car le seul vaccin qui reste disponible est un kit qui s’appelle l’Imovax Polio et DT Vax qui contient de l’aluminium. Or, obtenir le kit Imovax Polio + DT Vax, est un véritable parcours du combattant, quand on y parvient, car il n’est prévu et réservé que pour une petite minorité de bébés qui sont allergiques au vaccin contre la coqueluche. Le délai pour que la ministre donne sa réponse expirait le 12 juin et vient d’être reporté par le Conseil d’Etat au 30 juin. Son silence s’il se maintient cautionnera-t-il l’arnaque des laboratoires au mépris des familles ?

Continuez à signer et faire signer autour de vous la pétition http://petition.ipsn.eu/penurie-vaccin-dt-polio/index

Je reste constant et déterminé au service des familles.
Très cordialement à tous

Professeur Henri Joyeux